chirurgie bariatrique : Risque de fractures en hausse

Les obèses opérés d’une chirurgie bariatrique de type Bypass en Y ont un risque plus élevé de fractures

Les obèses opérés d’une chirurgie bariatrique de type anastomose (chirurgie Roux-en-Y, ou Bypass en Y) ont un risque plus élevé de fractures non-vertébrales que ceux ayant un simple anneau gastrique. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude présentée au congrès ENDO 2018, la 100ème réunion annuelle de l’Endocrine Society à Chicago.

« Les procédures de chirurgie bariatrique, telles que la chirurgie Roux-en-Y, sont très efficaces et induisent une perte de poids soutenue », a déclaré l’auteur de l’étude, le Pr Elaine Wei-Yin Yu, de la Harvard Medical School, à Boston, « mais elles peuvent augmenter le risque de fracture ».

Augmentation du risque de fracture

chirurgie bariatriqueLes obèses d’une cohorte Medicare qui ont été opéré par anastomose gastro-iléale (chirurgie Roux-en-Y) ont plus de fractures par rapport à ceux qui ont eu un anneau gastrique.

Comparativement aux obèses qui ont eu un anneau gastrique, la chirurgie bariatrique, type chirurgie Roux-en-Y, augmente de 126% le risque de fractures de la hanche, de 62% celles du poignet et de 172% celles du bassin.

Cette augmentation du risque de fracture est observée dans tous les groupes d’âge et chez les hommes et les femmes, bien que les effets soient été plus prononcés chez les hommes.

La chirurgie bariatrique de type Roux-en-Y augmente le risque global de fracture de façon plus marquée chez les hommes (108%) que chez les femmes (42%).

Risque marqué avec la chirurgie d’anastomose dite « Bypass en Y »

Le Pr Yu et ses collègues ont analysé les taux de fractures dans une cohorte de 50 649 obèses adultes opérés (78% de femmes) du Medicare atteints d’obésité sévère. Ils ont comparé ceux qui ont eu une chirurgie Roux-en-Y (n=35 920) et ceux qui ont eu un anneau gastrique (n=14 729) entre 2006 et 2014. Les auteurs ont comparé les taux de fracture entre les deux groupes, en tenant compte des différences d’âge, de sexe, de race, d’emplacement géographique, de comorbidités et de médicaments prescrits.

Les obèses qui ont eu une chirurgie bariatrique par anastomose étaient plus jeunes que les patients qui ont eu un anneau (53 vs 56 ans), et ils étaient plus susceptibles d’avoir un diabète (36% vs 32%).

Au total, 1 109 fractures non-vertébrales ont été signalées au cours du suivi. Les taux d’incidence estimés des fractures non vertébrales pour 1 000 années-patients sont de 9,8 dans le groupe chirurgie Roux-en-Y et de 7,1 dans le groupe anneau gastrique. L’âge ou le diabète n’ont pas modifié le risque de fracture.

Une adaptation des conditions de suivi après chirurgie

« Cette étude est très intéressante compte tenu de la prévalence élevée de l’obésité et de l’utilisation croissante de la chirurgie bariatrique. Plus d’un tiers des adultes aux États-Unis sont obèses, et les procédures de chirurgie bariatrique sont de plus en plus fréquente », a déclaré le Pr Yu.

Le retentissement potentiel de la chirurgie bariatrique, qui vise à remplacer une maladie métabolique par une maladie de la malabsorption digestive, doit être discuté avec les malades avant la chirurgie. Différentes carences peuvent apparaître du fait de la malabsorption intestinale, dont un déficit d’absorption de la vitamine D, et celles-ci doivent être compensées.

Ces résultats soulignent également l’importance de développer un suivi post-opératoire optimisé pour ces malades et des traitements pour contrer le risque de fracture après une chirurgie bariatrique de type anastomose Roux-en-Y.

Par le Dr Philippe Montereau

Source : Pourquoidocteur.fr –https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/24932-La-chirurgie-l-obesite-augmente-risque-de-fractures-secondaires – article du 18/03/2018 consulté le 09/03/2018

Cette article met en avant l’obligation de se complémenter à vie après un Bypass. Même si l’on pense ne plus en avoir besoin, car on se sent bien, votre organisme en a, lui, toujours besoin.

Nous ne sommes pas des médecins, et tous ces conseils nutritionnels sont donnés à titre indicatif. En cas de questions ou de problèmes, consultez votre médecin.
Les compléments alimentaires doivent être utilisés dans le cadre d’une alimentation variée, équilibrée, d’un mode de vie sain et tenus hors de portée des enfants. Les personnes sous contrôle médical, les femmes enceintes ou allaitant doivent demander conseil à leur médecin avant de prendre un complément alimentaire. Il est conseillé de respecter la dose journalière indiquée.
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière.
http://www.mangerbouger.fr/